Visualisez les cessions similaires dans votre secteur d'activité

Module évaluation d'entreprise

Appréhendez la valeur de votre société par l’analyse de transactions comparables à la votre. Infocession recense les opérations de cession (totale ou partielle) et de levées de fonds des PME et ETI.

20.000+ opérations de cession référencées

Transactions comparables

Identifiez des cessions d’entreprises similaires à la vôtre

Notre algorithme identifie toute société de votre domaine d’activité ayant fait l’objet d’une cession récente. Identifiez ces opérations et échangez avec nos équipes sur les mutiples médians de cession dans votre marché.

3 méthodes pour calculer la valeur d’entreprise


La valeur d'entreprise par la méthode des multiples

La méthode de valorisation par les multiples consiste à définir la valeur de son entreprise par comparaison avec celles de sociétés comparables (taille, secteur d'activité, caractéristiques). C'est la méthode la plus couramment employée.

Les ratios peuvent être de plusieurs ordres :

  • Multiples de chiffre d'affaires
  • Multiples d'excédent brut d'exploitation (EBE, ou EBITDA en anglais)
  • Multiples de résultat d'exploitation (REX, ou EBIT en anglais)

Cette méthode consiste en 4 étapes :

  1. Identifier des sociétés comparables ayant fait l'objet de cessions récentes
  2. Extraire de ces cessions des ratios de valorisation
  3. Retenir le ratio médian
  4. Appliquer ce ratio à sa société

Le multiple le plus fréquemment employé est le multiple d'EBE, lequel reflète les flux de trésorerie (hors investissements et variations de bfr) de l'entreprise. Préalablement à l'application de ce coefficient multiplicateur, il convient de déterminer son EBE retraité (ou EBITDA normatif en anglais). En effet, l'EBE peut être biaisé suivant que la rémunération du dirigeant soit anormalement faible ou élevée, que la société détienne ses locaux professionnels et ne paie pas de loyer, etc.

La valeur d'entreprise par la méthode d'évaluation patrimoniale

La méthode d'évaluation patrimoniale consiste à définir la valeur réelle des actifs de l'entreprise. Il s'agit de calculer l'actif net comptable corrigé (ANCC).

Cette approche, très comptable, est inadaptée pour les sociétés ayant développé un fonds de commerce ou encore une marque et tous autres actifs ne figurant pas au bilan. C'est pourquoi l'usage de cette méthode se cantonne le plus souvent aux sociétés de type foncières ou Holdings pures.

La valeur d'entreprise par la méthode DCF (Discounted Cash Flows)

La méthode des flux futurs actualisés, appelée DCF ou Discounted Cash Flows en anglais, consiste à calculer la valeur de son entreprise en actualisant les flux de trésorerie futurs qu'elle générera.

Pour cela, il convient d'établir un business plan réaliste de l'entreprise, en phase avec la performance historique, et de déterminer un taux d'actualisation et une valeur terminale de l'entreprise. Le taux d'actualisation (aussi appelé CMPC, ou WACC en anglais) dépend quant à lui d'un certain nombre de paramètres tels que le béta et la prime de risque. Ce taux est fortement impacté par la taille d'entreprise. Plus une société est petite, plus elle présente un risque de défaillance élevé, plus le taux d'actualisation est élevé, réduisant donc la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs de l'entreprise.

Cette méthode d'évaluation est utilisée en priorité pour la valorisation de startups ou sociétés en forte croissance.

De la valeur d'entreprise à la valeur des titres

La valeur d'entreprise diffère de la valeur des titres de l'entreprise. En effet, deux sociétés présentant la même activité, taille et rentabilité peuvent avoir la même valeur. Pour autant, si l'une détient de la trésorerie et l'autre est endettée, le prix de vente perçu par le cédant ne sera pas le même. C'est toute la différence entre la notion de valeur d'entreprise et valeur des titres, pouvant se résumer ainsi :

Valeur des Titres = Valeur d'Entreprise + Trésorerie - Dettes financières

De la valeur des titres au prix de cession

La fourchette de valeur issue de l'évaluation ne constitue qu'une base de discussion entre acquéreurs et vendeur. La capacité d'un conseil à mettre en oeuvre un processus de cession organisé et susciter l'intérêt de multiples acquéreurs, ainsi que l'existence de synergies pour le repreneur impactent la qualité des offres reçues.