Visualisez les cessions similaires dans votre secteur d'activité

Module évaluation d'entreprise

Appréhendez la valeur de votre société par l’analyse de transactions comparables à la votre. Infocession recense les opérations de cession (totale ou partielle) et de levées de fonds des PME et ETI.

20.000+ opérations de cession référencées

Baromètre infocession® des prix de cession

Filtrez par type d'entreprise
  • 2 à 5 M€
  • 5 à 20 M€
  • 20 à 75 M€
  • 75 à 300 M€
  • > 300 M€

Multiples d'EBE par année

Multiples d'EBE par secteur d'activité

Bouton développer
  • 2.8x EBE
    1er décile
  • 5.4x EBE
    Médiane
  • 9.6x EBE
    9ème décile
Méthodes de calculBouton développer

Le BAROMÈTRE INFOCESSION ® mesure chaque année les niveaux de prix de sociétés non cotées de la zone euro + uk (small, mid et large cap) au travers un multiple médian EV/EBITDA.

La construction du baromètre repose sur une méthodologie rigoureuse, transparente et pertinente dans son périmètre. Son objectif est de porter à la connaissance du public les niveaux des prix de cession d’entreprises non cotées.

Choix du multiple

Titres de sociétés (small, mid et large cap) : Valeur d’Entreprise / EBITDA. C’est le ratio le plus utilisé par les acteurs du marché dans la mesure où d'une part ce ratio n’est pas influencé par la structure du capital de l’entreprise, et d'autre part l’EBITDA (assimilable à l’Excédent Brut d’Exploitation en Français) constitue le meilleur proxi pour la mesure des flux de trésorerie opérationnels.

Échantillonnage

  • Géographie : seules les transactions portant sur une entreprise basée en zone Euro et au Royaume-Uni ont été retenues.
  • Secteurs d’activité : tous secteurs à l’exclusion de l’immobilier, des infrastructures, des services financiers et des entreprises assimilées startups dont les méthodes d’évaluation sont spécifiques.

Segmentation par taille d’entreprise

  • Les multiples de transaction sont corrélés avec la taille des entreprises. C’est pourquoi nous avons segmenté les indices en 5 segments de taille d’entreprise.

Ajustements

  • Les multiples affichés pour le segment 2-5 M€ ont fait l'objet d'ajustements lorsque le volume de données ne permet pas d'établir, à lui seul, des médianes pertinentes par année ou par secteur d'activité.

Sources d’information

  • Sociétés : les données sont compilées, analysées et échantillonnées par INFOCESSION sur la base d’informations issues de communiqués de presse, de cabinets de conseil en fusions-acquisitions, de CorpFin Deals et de MergerMarket.

Relations presse

Pour toute demande de données pour rediffusion, contactez

Transactions comparables

Identifiez des cessions d’entreprises similaires à la vôtre

Notre algorithme identifie toute société de votre domaine d’activité ayant fait l’objet d’une cession récente. Identifiez ces opérations et échangez avec nos équipes sur les mutiples médians de cession dans votre marché.

Comprendre le calcul de la valeur d'une entreprise

Comprendre la valeur d'une entreprise - et la façon dont elle peut être valorisée - est d'une importance vitale pour quiconque achète, vend ou simplement gère une entreprise.

La valorisation d'une entreprise dépend du bénéfice qu'un acheteur peut réaliser, en fonction des risques encourus. La rentabilité passée et la valeur des actifs ne sont que des points de départ. Les facteurs intangibles, tels que le fonds de commerce et la propriété intellectuelle, sont souvent ceux qui, au cours d’une cession, influent le plus sur la valorisation d’une société.

  • Pourquoi évaluer l'entreprise ?

  • Critères de base pour évaluer une entreprise

  • Méthodes d'évaluation d'entreprise

  • Évaluation des actifs

  • Le P/E ratio

  • Calcul du coût d'entrée

  • Flux de trésorerie actualisés (Free Cash Flow)

  • Règles empiriques d'évaluation du secteur

  • Éléments intangibles de la valeur de l'entreprise

1. Pourquoi calculer la valeur une entreprise ?

Il y a quatre raisons principales pour valoriser une entreprise.

Pour aider à acheter ou à vendre une entreprise

Comprendre le processus d'évaluation permet de :

  • Améliorer la valeur réelle ou perçue, estimer un prix de vente

  • Choisir le bon moment pour acheter ou vendre une entreprise

  • Négocier de meilleures conditions

  • Conclure une cession plus rapidement

Il y a plus de chances qu'une cession soit conclue si l'acheteur et le vendeur partent avec des attentes réalistes.

Pour lever des fonds propres

  • Évaluer une entreprise peut aider à convenir d'un prix pour les nouvelles actions émises.

Pour la création d’un marché interne d'actions

  • Par exemple, pour que les employés puissent acheter et vendre des actions de la société à un prix équitable.

Pour motiver la direction

Une évaluation régulière est une bonne discipline. Elle permet :

  • d’obtenir une analyse des performances de la direction

  • de concentrer la direction sur les questions importantes

  • d’exposer les domaines de l'entreprise qui doivent être améliorés.

2. Critères de base de l'évaluation d'une entreprise

Trois critères de base influencent la valorisation d’une entreprise.

Les circonstances :

  • Une entreprise en activité peut être évaluée de plusieurs manières différentes (voir Méthodes d'évaluation d'entreprise).

  • Une cession forcée fera baisser la valeur. Par exemple, un dirigeant propriétaire qui doit prendre sa retraite pour des raisons de santé peut être obligé d'accepter à tout prix la première offre qui se présente.

  • Si l’entreprise est liquidée, sa valeur sera la somme de ses actifs réalisables, moins les dettes.

Le caractère tangible des actifs de l'entreprise

  • Une entreprise qui possède des biens ou des machines a des actifs corporels.

  • De nombreuses entreprises n’en possèdent que très peu, hormis le matériel de bureau. Dans ce cas, l'élément principal évalué est la rentabilité future.

Le degré de maturité ou de stabilité de l'entreprise

  • De nombreuses entreprises enregistrent des pertes au cours de leurs premières années.

  • Une jeune entreprise peut avoir une valeur d'actif net négative, mais une analyse approfondie peut montrer une grande valeur en termes de rentabilité future.

3. Méthodes d'évaluation des entreprises

Il est important de se rappeler que la valeur réelle d'une entreprise est ce que quelqu'un est prêt à payer pour l'acquérir. Pour parvenir à ce chiffre, les acheteurs utilisent diverses méthodes de valorisation. En général, au moins deux méthodes sont utilisées pour arriver à un résultat tangible.

Voici différentes méthodes de valorisation :

  • La méthode des actifs peut être appropriée si la société possède des actifs tangibles importants. Par exemple, une entreprise immobilière.

  • Le PE ratio peut être utilisé pour estimer le prix de vente une entreprise qui réalise des bénéfices durables.

  • L'estimation du coût d'entrée valorise une entreprise par rapport au coût de démarrage d'une entreprise similaire à partir de zéro.

  • La méthode des flux de trésorerie actualisés est basée sur le flux de trésorerie futurs. Cette méthode convient aux entreprises qui ont beaucoup investi et qui prévoient un cash flow régulier sur de nombreuses années.

  • Les règles empiriques d'évaluation du secteur utilisent une formule standard établie pour un secteur d’activité en question.

4. Valeur des actifs

Cette méthode ne tient pas compte des bénéfices futurs.

Cette méthode de valorisation s’applique aux entreprises stables et riches en actifs.

  • Les entreprises immobilières ou manufacturières en sont de bons exemples.

Le point de départ d'une évaluation de l'actif est l'actif figurant dans les comptes.

  • C'est ce qu'on appelle la valeur nette comptable (VNC) de la société.

Il suffit ensuite d’affiner les chiffres de la VNB pour les principaux éléments, afin de refléter la réalité économique.

Par exemple :

  • les biens immobiliers ou autres immobilisations dont la valeur a changé

  • les vieux stocks qui devraient être vendus avec une décote

  • les dettes commerciales qui ne seront manifestement pas payées (créances irrécouvrables)

  • des provisions existantes trop conservatrices pour les mauvaises créances

  • les éléments incorporels, tels que les coûts de développement de logiciels, doivent généralement être exclus du résultat.

Tenir compte du statut futur de l'entreprise

Si une entreprise est sur le point de cesser son activité, elle perdra de la valeur en raison des facteurs suivants

  • Les actifs sont vendus à bas prix. Par exemple, le prix d’un équipement vendu aux enchères peut n'atteindre qu'une fraction de sa valeur comptable.

  • Le recouvrement des créances risque d'être plus difficile.

  • Le coût de la fermeture des locaux.

  • Les indemnités de licenciement, le cas échéant.

5. PE ratio

Le PE ratio est la valeur d'une entreprise divisée par ses bénéfices après impôts. Par la méthode des multiples, la valorisation de l’entreprise est obtenue en multipliant ses bénéfices par un ratio P/E approprié (voir ci-dessous). Par exemple, en utilisant un ratio P/E de cinq pour une entreprise dont les bénéfices après impôt sont de 100 000 £, on obtient une valorisation de 500 000 £.

Le ratio Prix / Résultat Net est utilisé pour évaluer les entreprises ayant un historique établi et rentable.

  • Les PE ratios varient considérablement.

Comparer l’exploitation à d'autres entreprises similaires

  • Quels sont les PE ratios des concurrents cotés ? Les pages financières des journaux donnent les PE ratios historiques des sociétés cotées.

  • Quel prix ont atteint des entreprises comparables ?

Les sociétés cotées ont un PE ratio plus élevé

  • Les actions des sociétés cotées sont beaucoup plus faciles à acheter et à vendre. Elles sont donc plus intéressantes pour les investisseurs que les actions d'entreprises non cotées comparables.

  • La plupart des PE ratios des sociétés cotées varient entre 10 et 25, mais il existe des exceptions.

  • En général, le PE ratio d'une petite société non cotée est inférieur de 50 % à celui d'une société cotée comparable du même secteur d’activité. Les PE ratios des sociétés non cotées se situent généralement entre cinq et dix fois les bénéfices annuels après impôts.

Les PE ratios sont affectés par les conditions commerciales

  • Une prévision de croissance des bénéfices plus élevée signifie un PE ratio plus élevé.

  • Les entreprises dont les bénéfices sont récurrents sont des investissements plus sûrs, et les PE ratios sont donc généralement plus élevés.

Ajuster le chiffre du bénéfice après impôt pour obtenir une image durable réelle.

Comment calculer le bénéfice

Dans le cadre d’un achat d’entreprise, il faut déterminer sa rentabilité réelle.

Comparer les bénéfices déclarés par le propriétaire avec les chiffres audités.

  • Remettre en question toute différence.

Rechercher les coûts qui pourraient être réduits.

Par exemple

  • les honoraires des consultants

  • les paiements au propriétaire et aux autres actionnaires

  • baux immobiliers inutiles

  • fournisseurs alternatifs moins chers

  • frais généraux excessifs

Vérifier comment les comptes ont été établis

  • Si nécessaire, il est intéressant de retraiter les comptes en utilisant méthode comptable plus adaptée. Cela aboutira souvent à un chiffre de bénéfices sensiblement différent.

  • Par exemple, l'argent dépensé pour le développement de logiciels peut avoir été capitalisé par le propriétaire. Il est envisageable de considérer qu'il aurait dû être traité comme un coût.

Lorsque de l’examen des bénéfices futurs, il faut garder à l'esprit les coûts nécessaires pour les atteindre.

Ceux-ci peuvent inclure

  • le service de l'augmentation des emprunts

  • l'amortissement des investissements dans les installations, les machines ou les nouvelles technologies

  • les indemnités de licenciement.

L'arrivée d'une nouvelle direction entraîne souvent des changements majeurs qui peuvent se traduire par une augmentation des coûts et une baisse de la productivité au cours de la première année.

6. Évaluation au coût d'entrée

L’alternative à la reprise d’entreprise est la création d’une entreprise similaire en partant de zéro. Le résultat d’une estimation du coût d'entrée reflète ce que cela coûterait.

Estimer les principaux coûts

Les différents coûts à calculer pour l’entreprise :

  • l'obtention du financement nécessaire

  • l'achat des actifs

  • le développement de ses produits

  • recruter et former les employés

  • la constitution d'une clientèle

Tenir compte des économies pouvant être réalisées

Par exemple, en

  • en utilisant une meilleure technologie

  • en s’installant dans une région moins coûteuse

L'évaluation du coût d'entrée peut alors être basée sur des alternatives moins chères, le résultat est alors plus réaliste.

7. Actualisation des flux de trésorerie

Cette méthode est le moyen le plus technique d'évaluer une entreprise. Un résultat juste dépend fortement d'hypothèses pertinentes sur les conditions commerciales à long terme.

L’analyse des flux de trésorerie actualisés est utilisée pour les entreprises génératrices de trésorerie qui sont stables et matures.

  • L'évaluation des flux de trésorerie actualisés repose sur la confiance dans les perspectives à long terme de l'entreprise.

  • Par exemple, une société de distribution d'eau disposant d'un monopole local peut s'attendre à un cash flow relativement prévisible.

L’estimation est basée sur les flux de trésorerie futurs attendus

  • Les flux de trésorerie sont prévus plusieurs années à l'avance, plus une valeur résiduelle à la fin de la période de prévision.

  • La valeur actuelle des cash flow futurs est calculée en utilisant un taux d'actualisation qui tient compte des risques et de la valeur temporelle de l'argent. (1 £ reçue aujourd'hui vaut plus que 1 £ reçue dans un an).

8. Règles empiriques d'évaluation du secteur

Dans certains secteurs industriels, l’acquisition et la cession d'entreprises sont courants. Cela conduit à l'élaboration de règles empiriques applicables à l'ensemble du secteur d’activité.

Les règles empiriques sont basées sur des facteurs autres que le profit.

Par exemple

  • le chiffre d'affaires pour un type d'entreprise spécifique

  • le nombre de clients

  • le nombre de points de vente

Les acheteurs déterminent ce que l'entreprise vaut pour eux.

  • Prenons l'exemple d'une entreprise de maintenance informatique avec 10 000 contrats mais aucun bénéfice. Un concurrent plus important pourrait offrir 100 £ par contrat pour acheter l'entreprise. En effet, il pourrait fusionner les deux entreprises, réduire les coûts et augmenter les bénéfices.

9. Les éléments intangibles de la valeur de l'entreprise

La principale source de valeur d'une entreprise peut être quelque chose qui ne peut pas être mesuré.

Des relations solides avec les principaux clients ou fournisseurs peuvent être essentielles.

  • Par exemple, si une entreprise détient la licence britannique (ou la distribution britannique) d'un produit dont on attend le succès, la valeur de l'entreprise augmentera en conséquence.

La stabilité de la gestion peut être cruciale, si l'acquéreur ne dispose pas d'une équipe solide

Si le propriétaire-exploitant ou d'autres personnes clés doivent partir, la valeur de l'entreprise peut être bien moindre. Par exemple :

  • la rentabilité d'une agence de publicité peut s'effondrer si un créatif clé s'en va

  • si des vendeurs clés partent, ils risquent d'emmener des clients importants avec eux.

Vérifier les clauses restrictives contenues dans les contrats des employés. Modifier les clauses peut être une méthode de création de valeur si les employés font partie intégrante de l'entreprise. Mais elles peuvent aussi nuire à la valeur de l'entreprise si un acheteur potentiel a l'intention de modifier radicalement la structure du personnel.

Plus il y a de risques du point de vue de l'acheteur, plus la valeur sera faible.

Il existe des mesures spécifiques à prendre afin d'accroître la valeur d’une entreprise :

  • Mettre en place d'excellents systèmes d'information de gestion, y compris des comptes de gestion. De bons systèmes rendent les mauvaises surprises improbables.

  • Lier les clients et fournisseurs clés par des contrats et une dépendance mutuelle.

  • Minimiser l'exposition aux fluctuations des taux de change et autres facteurs externes.