Choisir un conseil en gestion de patrimoine

Tous les cabinets spécialisés référencés
Sélectionnez une ville et une typologie de conseil patrimonial.

Le rôle d’un conseiller en gestion de patrimoine

  • Audit patrimonial : Le CGP établit l'inventaire de la situation patrimoniale de ses clients, pour en avoir une vision exhaustive et dynamique
  • Stratégie patrimoniale : Le CGP co-construit avec ses clients une stratégie patrimoniale en fonction de leurs besoins et objectifs
  • Conseil et intermédiaire financier : Le CGP conseille et recommande à ses clients une vaste gamme de produits financiers (PEA, livret d’épargne, PEL, assurance vie...) et non financiers (Immobilier, Private Equity, Philanthropie...)
  • Médecin de famille du patrimoine : Le CGP alerte lorsque qu'un risque n'est pas correctement couvert, et suit toutes les évolutions fiscales, juridiques et réglementaires qui pourraient impacter le patrimoine de ses clients

Mode de rémunération des conseillers en gestion de patrimoine

150k€
7,5%*
2 M€
250k€
5,0%*
5 M€
450k€
3,0%*
15 M€
750k€
1,5%*
50 M€
* Honoraires en % de la valeur d'entreprise

Structure type d'honoraires
Retainer fee (fixe = 10%)
Success fee (variable = 90%)

Les CGP disposent de deux leviers pour se rémunérer :

- Les prestations de service (représentant en moyenne moins du quart de leurs revenus) qui sont facturées soit au temps passé (de 100€/h à plus de 300€/h), soit au forfait (ex: de 500 € à plus de 10 000 € pour un bilan patrimonial)

- Les commissions sur produits vendus (représentant en moyenne plus des trois quarts de leurs revenus) qui sont captées par les frais d'entrée et des frais annuels rétrocédés par les fournisseurs de produits financiers (généralement de 0,25% à 0,75% de l'encours placé, suivant le produit et le mode de gestion).


Tout CGP est tenu légalement à la transparence de ses honoraires
#1

Comment choisir son Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP) ?

La France compte plus de 2000 acteurs s'identifiants en tant que CGP. Pour autant, seuls quelque-uns ont une pratique avérée de conseil (versus simple activité de placement de produits financiers). Voici quelques clés pour bien choisir son conseiller :

  1. Recommandation : Obtenez des références de clients dotés d'un patrimoine au moins aussi conséquent que le votre.
  2. Performance : Un conseiller expérimenté doit pouvoir vous démontrer l'efficacité de ses recommandations historiques sur les rendements obtenus à long terme.
  3. Vision de la rémunération : Les CGP présentent des tarifs disparates, mais n'apportent pas le même degré de conseil.
  4. Disponibilité : Veillez à apprécier la capacité du CGP à adresser des demandes spécifiques dans des délais serrés, en questionnant sur le nombre de clients suivis, l'organisation interne du cabinet.
#2

Quelle différence entre gestion de patrimoine et gestion de fortune ?

La gestion de fortune représente la fourchette haute de la gestion de patrimoine. Ce type de gestion est proposé aux particuliers doté d'un minimum de 1 voire 5 million d'euros d'actifs financiers à placer suivant les établissements.

Les services offerts sont plus pointus, avec le plus souvent des équipes composées de multiples experts couvrant tous les domaines (fiscalité, notariat, expertise financière, ...).

Les produits d'investissements proposés sont également plus larges, et dédiés aux hauts patrimoines.

Si l'ensemble des CGP font de la gestion de patrimoine, seule une fraction dispose d'une pratique avérée en matière de gestion de fortune, aux cotés des acteurs traditionnels que sont les family office et les banques privées.

#3

Quelles différences entre CGPI et CGP ?

Depuis les directives européennes MIF 2 et DIA 2, les autorités de tutelle de la profession (AMF et ACPR) ont redéfini le concept de CGPI, ou Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant. Il se distingue du CGP par son mode de rémunération.

Un conseiller en gestion de patrimoine classique peut se rémunérer de 2 manières :

  • Par la facturation de prestations de service (audit patrimonial, conseils, montages financiers…)
  • Par la perception de commissions ou rétrocessions directement versées par les établissements financiers ;

La particularité du CGPI (Indépendant) est de se rémunérer uniquement sur la prestation de services : il ne perçoit pas de rémunération de la part d'établissements bancaires.

A noter : la détention significative du capital social d'un CGPI par un acteur bancaire ne remet pas en question l'appellation "indépendant" dans cette nomenclature !